reduction des couts,voyage,low cost,cheap airfare,cheap flight,transport,energie,telecom,IT reduction,cout,anti,gaspi,cost killer,operatoire,hors production,e.procurement,grappiller,faire des economies,chasse,maitrise,budgetaire,budget,reduction,prix,tarifs,energie,optimisation,maintenance,TCO,Total cost of ownership,Return of investment,ROI,contrat cadre,achat,sauvage,cost cutting,saving,savy,expense,achats,affaires,bonne,promotions,promos
 
Costkiller centre de coûts
Costkiller services généraux
costkiller - Direction Financière
Grilles de Salaires
Charges Sociales Patronales
Audit
Impôts Taxes fiscalitéMéthodes Analyse Coût
Trésorerie - Recouvrement
Délocalisation Mondialisation
costkiller - DRH
Ressources humaines
Licenciement - Plan social
Grille Salaire
Salaire métier
Salaire secteur
Salaire profession
Portage salarial
Conventions Collectives
Relation client - CRM
ERP
BPM
e-procurement
e-Sourcing
Externalisation
Production
GPAO
GMAO
Management
Supply Chain - Logistique
Gestion de Stock
Dématérialisation

Definition :ATM FORUM

Association de vendeurs et d'utilisateurs pour promouvoir et normaliser la technologie ATM.


Mieux comprendre la normalisation ATM Forum

Etat de la normalisation ATM Forum

Que de mirages rencontrés avant l'oasis multimédia. Une longue traversée du désert attend les impatients d'ATM. Soumis au feu incessant de produits immatures, certains se leurreront sur les mirages de l'interopérabilité. Un repérage de la norme s'impose avant toute expédition.

L'élaboration du standard ATM ressemble à une histoire sans fin. Au fur et à mesure de son développement, la norme révèle des besoins occultés par l'euphorie technologique des premiers temps et brusquement redevenus prioritaires sous les contraintes du marché. La technique d'émulation ATM à partir de réseaux locaux (ATM Lan Emulation) illustre le mieux cet appel du quotidien. Elle garantit l'interopérabilité entre l'héritage Ethernet/Token Ring et le réseau ATM naissant, avec en prime un surcroît de bande passante et une gestion des groupes de travail virtuels en théorie optimisée. L'adaptation de la procédure de transmission Frame Relay au protocole ATM répond aux mêmes préoccupations de pérennité applicative. Le support de vraies applications multimédias est également souhaité de toute urgence, avant que ne s'ébranlent les convictions multiservices d'ATM. Mais tout arrive à qui sait attendre. A en croire l'ATM Forum, l'année 1995 répondra à toutes ces applications et bien d'autres. D'ores et déjà, ce lobby de vendeurs réseaux et d'opérateurs américains est fier de ses avancées sur les spécifications d'interface physique et de signalisation (UNI). Le protocole d'interopérabilité entre équipements multivendeurs (PNNI) suivra dans la foulée. Les plus pressés peuvent déjà se faire la main sur un protocole intérimaire. Enfin, les Saints Thomas du multimédia devrait aux vues des premières applications AMS (Audiovisual Multimedia Service) se convertir progressivement à ATM. Mais reprenons, dans le détail.

Feu vert aux interfaces physiques

Sur cuivre ou sur fibre optique, agrémenter d'abord à l'Américaine puis à l'Européenne, inutile de pousser, il y en aura pour tous. Plusieurs interfaces sont déjà au bout des tuyaux ATM. Dans l'ordre décroissant du débit supporté, l'interface Sonet à 155 M bit/s sur paire torsadée non blindée de catégorie 5 (UTP 5) s'avance comme la première d'entre elles. Trois crans en dessous, une autre interface Sonet offre 51 M bit/s sur paire téléphonique de catégorie 3 (UTP 3). Elle a en outre la particularité de se diviser en sous-multiples de 25 M bit/s ou 12 M bit/s selon les caractéristiques du câble emprunté. Enfin, au bas de l'échelle de débit, émerge après maintes tergiversations, l'interface DS1/T1 à 1,5 M bit/s. Ce premier jet d'interfaces nous réconforte sur l'avènement prochain d'ATM, à la nuance près que le caractère américain de ces dernières, risque de gêner quelque peu les opérateurs et utilisateurs du vieux continent. L'ATM Forum rassure ses quelques membres européens en promettant une approbation imminente des interfaces plésiochrones E3 (34 M bit/s) et E4 (140 M bit/s). D'autres spécifications enrichiront plus tard les deux camps, comme le 622 M bit/s, le n x T1/E1 ainsi qu'une nouvelle mouture pour câble UTP5.

Sans signalisation, toutes ces interfaces resteraient de simples robinets hauts débits dédiés à des connexions sur circuit permanent. Mais la cellule ATM porte en elle un potentiel de services commutés plus attrayant. Le protocole de signalisation UNI V 3.0 (User Network Interface) s'offre à l'utilisateur, pour établir un Circuit Virtuel Commuté (CVC) entre sa station ATM et un commutateur qu'il soit privé ou public. Outre l'initialisation de la connexion proprement dite, la procédure UNI permet d'affiner le profil fonctionnel du circuit en intégrant en plus des critères de qualité. A ce sujet, l'ATM Forum vient d'enrichir la gestion du trafic de son protocole par de nouvelles classes de service. Pour commencer et par souci d'homogénéité, la classe de service "Best Effort" a été rebaptisée UBR (Unspecified Bit Rate : Trafic indéterminé sans garantie de livraison). Aux classes CBR (Constant Bit Rate : Trafic Constant) et VBR (Variable Bit Rate : Trafic Sporadique) déjà validées, s'ajoute la catégorie ABR (Available Bit Rate). Il s'agit d'une variante de VBR, avec un débit crête précisé de surcroît. Une version VBR+ complète la précédente, par adjonction d'un débit minimum. Ces deux nouvelles classes de service recherchent le meilleur compromis fonctionnel entre les impératifs de disponibilité de l'utilisateur et les ressources du réseau. Elles imposent cependant un contrôle de flux spécifique surplombant le protocole ATM UNI, qu'il reste à valider. Pour sa part, le protocole UNI continue son évolution et vient de passer en version 3.1 afin de s'aligner sur les recommandations de l'ITU-T et garantir ainsi un Plug N Play sans surprise avec les opérateurs télécoms. L'ATM Forum travaille également dans ce sens afin d'adapter l'interface B-ICI (Broadband-Inter Carrier Interface) aux fonctions des Circuits Virtuels Commutés de l'UNI V 3.1. Enfin, pour en finir avec ces dernières spécifications, les évolutions de la version UNI 4.0 viennent d'être esquissés. Elles devraient élargir les services commutés ATM vers de multiples connexions, des liaisons point à multipoint et le raccordement au RNIS bande étroite. Pour l'heure, l'interconnexion de commutateurs ATM, emprunte déjà la signalisation UNI. Mais afin d'assurer le même niveau d'interopérabilité entre commutateurs privés hétérogènes, le Forum ATM a renforcé les recommandations UNI par un protocole de signalisation spécifique dénommé PNNI (Private Network to Node Interface/Private Network to Network Interface). Outre sa fonction de signalisation, le rôle de cette procédure s'étend aux fonctions de routage entre commutateurs distribués. En principe, l'ATM Forum devrait statuer sur le cas PNNI avant la fin de l'année. Ce dernier à tout de même jugé bon d'établir un protocole temporaire désigné IISP (Interim Interswitch Signaling Protocol) pour les utilisateurs pressés de tester ATM dans un contexte multivendeurs. Aux vues des chiffres du marché ATM, le palliatif IISP apparaît surtout comme une concession accordée aux gens du marketing afin de ne pas freiner leur offensive. Cet amuse-gueule restera sans conséquence, s'il ne perdure pas. Dans le cas contraire, la migration risque d'être douloureuse, car IISP se déclare sans ambiguïté incompatible avec PNNI. En phase terminale, les protocoles UNI et PNNI doivent nous garantir une interopérabilité sans faille, sous condition d'une application consensuelle et intégrale de la charte ATM Forum. Cette clause s'impose d'autant plus, que les procédures d'interopérabilité définis par ce dernier outrepassent l'univers ATM pour s'étendre aux environnements réseaux existants.

Migration progressive vers le nouveau monde ATM

Dans cette perspective, le Forum ATM vient d'achever les spécifications d'émulation ATM à partir de réseaux locaux 802.3 (Ethernet) ou 802.5 (Token Ring). Par ce biais, les stations de ces réseaux empruntent de manière transparente un backbone ATM, porteur de bande passante et vecteur de simplification dans l'exploitation de Lan Virtuel. Réciproquement, les postes ATM natifs peuvent communiquer, à travers ce backbone, avec ces stations traditionnelles sans se soucier de leur nature. A ce jour, ce standard n'autorise que le pontage des segments Lan émulés. Mais la technique du Lan Emulation entend bien étendre son potentiel d'interconnexion au routage multiprotocole. Si l'existant Lan justifie sans conteste cette cohabitation, avant une migration totale vers ATM, l'adaptation du protocole Frame Relay, suscite des interrogations plus existentielles. La redondance de ce protocole de transmission par rapport à ATM et le modeste parc d'utilisateurs, 1000 aux USA et Zéro ou presque en France, laisse à penser que le lobby Frame Relay, situé dans le même immeuble qu'ATM Forum et accueillant quasiment les mêmes membres, n'est pas étranger à la diligence toute particulière dont bénéficient ces spécifications.
Deux voies s'offrent au Frame Relay pour se faire comprendre d'ATM. Une carte adaptateur ATM dotée d'un logiciel FR-SSCS (Frame Relay Service Specific Convergence Sublayer) peut émuler du relais de trame à la source. L'adaptation peut également s'opérer dans le réseau par conversion du protocole Frame Relay natif (Q.922) à travers l'AAL5 (ATM Adaptation Layer 5 : couche d'adaptation protocolaire la plus simple d'ATM). Malgré leur connotation "défense des acquis du consommateur", l'adaptation du relais de trame et le Lan Emulation demeurent assez éloignés des espérances multimédias de l'utilisateur. L'ATM Forum travaille donc parallèlement à la spécification de services multimédia regroupés sous la dénomination AMS (Audiovisual Multimedia Service). Pour l'instant, les travaux se limitent à la seule application de "Vidéo à la demande" au format MPEG-2. Celle-ci devrait être validée en fin 95 sous la version AMS Phase 1. D'autres applications telles que la diffusion vidéo, la vidéoconférence, la station multimédia attendent au portillon AMS, mais sans aucune précisions quant aux échéances.

H.M

Dictionnaire & Définitions   3 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Costkiller.net - portail réduction des coûts 2012 - Coskiller.net - all rights reserved

Costkiller.net   B2B cost saving and costs cutting portal costkiller copyright