reduction des couts,voyage,low cost,cheap airfare,cheap flight,transport,energie,telecom,IT reduction,cout,anti,gaspi,cost killer,operatoire,hors production,e.procurement,grappiller,faire des economies,chasse,maitrise,budgetaire,budget,reduction,prix,tarifs,energie,optimisation,maintenance,TCO,Total cost of ownership,Return of investment,ROI,contrat cadre,achat,sauvage,cost cutting,saving,savy,expense,achats,affaires,bonne,promotions,promos
Costkiller centre de coûts
Costkiller services généraux
costkiller - Direction Financière
Charges Sociales Patronales
IMéthodes Analyse Coût
Trésorerie - Recouvrement
Délocalisation Mondialisation
costkiller - DRH
Ressources humaines
Grille Salaire
Salaire métier
Salaire secteur
Salaire profession
Conventions Collectives
Relation client - CRM
ERP
BPM
e-procurement
e-Sourcing
Externalisation
Production
GPAO
GMAO
Management
Supply Chain - Logistique
Gestion de Stock
Dématérialisation

Enquête annuelle IBM sur l’attractivité des pays en termes d’investissements étrangers

Paris, le 19 septembre 2006 – L’enquête annuelle d’IBM (NYSE: IBM) sur les pays recevant les investissements directs d’entreprises multinationales révèle que l’Europe a repris à l’Asie sa position de leader en 2005, en attirant 39% de l’ensemble des projets contre 31% pour l’Asie. En 2004, les grands groupes investissaient dans de nouvelles usines et de nouveaux projets autant en Asie qu’en Europe : ces deux régions du monde captaient chacune 35% des investissements. En 2005, la France et le Royaume-Uni ont été les destinations privilégiées des investisseurs étrangers en Europe.

Les projets d’investissements pris en compte dans cette enquête sont structurels et non financiers et excluent les fusions/acquisitions ; ils concernent 3 types d’activité : production industrielle (infrastructures, usines, bâtiments et matériel…), services (centres de services partagés, centres d’appels…) et Recherche&Développement.
Ainsi, la France est en tête du classement européen pour les investissements industriels avec 21% des projets, suivie très loin derrière par la Pologne (12%) et le Royaume-Uni (11%). Le Royaume-Uni, quant à lui, attire 26% des projets d’investissements en R&D et arrive premier dans ce domaine, suivi par la France avec 19%. Notons par ailleurs que la France se place dans le top 5 des pays les plus attractifs du monde dans la plupart des secteurs (services financiers, automobile, électronique, produits pharmaceutiques, agro-alimentaire…) quel que soit le type de projet d’investissements.

Les consultants chargés de cette enquête annuelle font partie d’IBM-Plant Location International (IBM-PLI), l’entité d’IBM Global Business Services spécialisée dans les stratégies d’implantation internationale. Ils ont mis en évidence un léger redressement des pays matures dû à une forte croissance économique tandis que certains des principaux pays émergents subissent un ralentissement après plusieurs années d’investissements importants.

En outre, les services apparaissent comme le type de projet d’investissements étrangers le plus prisé, représentant 20% de la totalité des projets et créant le plus d’emplois. Les projets industriels ont diminué en moyenne de 20% - pour atteindre 800 projets par trimestre en 2005. Les investissements dans les nouveaux centres de R&D sont restés relativement stables en 2005 avec environ 200 projets par trimestre.

De plus, l’enquête IBM a permis de déterminer qu’à nouveau 15 pays ont reçu 70% de la totalité des investissements. Quatre pays ont rejoint le top 15 en 2005 : la Pologne, la Roumanie, Singapour et les Emirats Arabes Unis prennent les places de Hong-Kong, de la Hongrie, de l’Espagne et de la Suède. Il est également intéressant de noter que le Royaume-Uni, la France et la Pologne ont attiré beaucoup plus d’investissements et ont augmenté leurs parts de marché en 2005.

« Bien que les pays matures aient légèrement rattrapé les pays émergents, l’étude démontre que les multinationales peuvent de plus en plus s’implanter là où se trouvent les pôles de compétences dont elles ont besoin, quelle que soit la région du monde », annonce Roel Spee, co-leader d’IBM-Plant Location International. « La compétition mondiale pour de nouveaux emplois et les investissements de capitaux s’intensifie continuellement ; les régions développées et en voie de développement doivent perpétuellement élaborer de nouvelles stratégies pour attirer les investissements. La compétition dans les domaines de l’innovation et des technologies va jouer un rôle prépondérant dans la création de nouveaux emplois. »

Les marchés émergents dominants que sont le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine font face à une baisse moyenne des investissements directs étrangers d’environ 20% en 2005, par rapport à l’année précédente. Dans le même temps, les pays les plus matures ont amorcé leur retour par rapport aux dernières années, en enregistrant une augmentation de 5% des projets d’investissements étrangers en 2005, comparée à 2004. Les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la France, Singapour, le Canada, l’Allemagne, le Danemark, l’Irlande et l’Australie ont enregistré plus de projets de R&D en 2005 qu’en 2004.

Pour la troisième année consécutive, la Chine et l’Inde confondues ont reçu plus de projets d’investissements que les Etats-Unis – 1650 projets contre 1200. Les principaux groupes américains restent tout de même les générateurs d’investissements internationaux les plus importants, avec 2800 projets. Toutefois, les entreprises basées en Allemagne reprennent la deuxième place aux entreprises japonaises avec respectivement 720 et 670 projets d’investissements extérieurs en 2005.


Principales recommandations :

Répartir le risque

- Bien que de plus en plus de régions se soient développées pour devenir des environnements économiques favorables, cela ne signifie pas que les choix soient devenus plus simples.
- Une entreprise doit être prête à affronter les problèmes engendrés par son implantation dans une région « à la mode », où une main d’œuvre qualifiée peut partir rapidement et où l’inflation salariale peut augmenter incroyablement vite.
- Les entreprises doivent rechercher une implantation véritablement intégrée et mondiale.

Cibler les secteurs porteurs

- Les agences de développement économique doivent répondre concrètement aux forces de la mondialisation.
- Les organisations nationales et régionales de développement économique doivent continuellement évaluer et promouvoir les atouts de leur zone géographique. Elles doivent de plus en plus observer les secteurs qui font preuve d’un fort potentiel d’investissement et évaluer si leur région pourrait les attirer.
- La préférence doit aller aux secteurs qui offrent un réel avantage compétitif.
- Les agences de développement doivent définir de manière plus précise les propositions faites aux investisseurs et promouvoir leurs régions de manière plus professionnelle.
- Les agences de développement économique doivent renforcer leurs équipes généralistes avec des experts sectoriels, et parvenir à une implication plus forte du secteur privé dans leurs stratégies de développement.

Développer la collaboration pour piloter l’innovation

- Le développement économique évolue en fonction de la mondialisation et du transfert des opportunités de créations d’emplois d’un développement économique traditionnel vers un développement collaboratif.
- Les régions qui connaissent un développement économique traditionnel devront faire face à une compétition ardue des régions où la main d’œuvre est bon marché. Un développement économique collaboratif est moins sensible aux effets de la mondialisation.
- Les agences de développement doivent favoriser une culture de collaboration et d’innovation dans leurs régions afin d’attirer les groupes investisseurs qui se focalisent de plus en plus sur l’innovation pour développer leurs propres méthodes de création de valeur et pour marquer leur différence sur le marché.
- Etablir des liens solides entre l’industrie, l’éducation et le gouvernement pour partager les expertises et promouvoir une innovation durable va devenir indispensable pour attirer un grand nombre d’investisseurs.

Spécificités par zone géographique

Europe

- L’Europe a retrouvé sa place de numéro un pour le nombre de projets d’investissements directs étrangers avec 39% d’entre eux, comparés à 35% en 2004. Les investissements en Europe de l’Ouest ont fortement augmenté, passant de 22% en 2004 à 26% en 2005.
- Le Royaume-Uni est leader en Europe pour le nombre de projets d’investissements directs étrangers, avec près de 700, la France suivant de près avec 660 projets. Les deux pays ont nettement amélioré leurs résultats.
- L’Europe de l’Est a attiré environ 50% de l’ensemble des projets de l’industrie de fabrication en Europe, la Pologne faisant figure de chef de file en 2005 avec 148 projets. Dans le classement général européen concernant l’industrie, la Pologne se classe deuxième et la France s’est hissée en tête avec 22% (251) de l’ensemble des projets de l’industrie de fabrication.
- Pour la R&D, le Royaume-Uni a reçu 26% de l’ensemble des projets européens, la France 19%, et l’Allemagne et le Danemark sont a égalité avec 6%. Néanmoins, l’Europe de l’Est a augmenté sa part, atteignant les 21% avec 60 projets.
- Le Royaume-Uni (45 projets) a été la principale destination pour les projets dans lesquels les entreprises indiennes ont investi, suivi par les Emirats Arabes Unis (28), la Chine (24) et les Etats-Unis (17).

Afrique

- L’Afrique n’a attiré que 2% de l’ensemble des projets en 2005 – comme en 2004.
- Le Kenya et l’Ouganda ont de meilleurs résultats en 2005, les résultats de l’Afrique du Sud sont restés stables et ceux de l’Algérie, de l’Egypte et du Maroc sont moins bons.

Asie Pacifique

- La zone Asie-Pacifique a attiré 31% de l’ensemble des projets en 2005 : sa part de marché a diminué de 3% par rapport à celle de 2004.
- L’Inde a été en tête pour le nombre de créations de centres de services et de projets de R&D. 204 projets de R&D ont été recensés en Inde pour 2005.
- L’Inde et la Chine sont restés les pays d’Asie les plus attractifs pour les projets de R&D, mais le nombre total de projets a diminué. L’Inde est passée de 256 à 204 projets et la Chine de 143 à 126 projets entre 2004 et 2005.
- La Chine est restée la destination numéro un pour les investissements dans l’industrie de fabrication, avec 47% de l’ensemble des projets de la zone Asie-Pacifique. Le nombre de projets est tout de même passé de 840 en 2004 à 560 en 2005.
- Le Vietnam confirme ses bons résultats, particulièrement dans le domaine de l’industrie de fabrication, attirant 9% des investissements structurels effectués dans la zone Asie-Pacifique.

Amérique Latine

- L’Amérique Latine a attiré 6% de l’ensemble des projets en 2005, alors qu’elle en attirait 8% en 2004
- Le Brésil et le Mexique sont les destinations favorites pour les investissements étrangers en Amérique Latine, engendrant une baisse générale du nombre d’investissements étrangers dans les autres pays de cette région.
- Le Brésil a attiré le plus de projets d’industrie de fabrication avec 37% d’entre d’eux, suivi par le Mexique avec 21%.

Amérique du Nord

- L’Amérique du Nord a attiré 18% de l’ensemble des projets en 2005, contre 16% en 2004.
- Il y a eu une intense compétition entre les différents Etats des Etats-Unis pour les investissements structurels.
- La Pennsylvanie a obtenu la première place dans la course aux projets d’investissements existant entre les Etats, avec 109 projets. En 2004, cet Etat n’était pas dans le top 10. En termes de projets d’industrie de fabrication, il est passé de la troisième à la première place.
- La Californie a conservé sa deuxième place, principalement grâce aux investissements dans les services et la R&D.
Le Michigan et la Californie ont été leaders pour les projets de R&D, avec respectivement 13 et 11 projets.


A propos de l’étude

Le groupe IBM – Plant Location International possède une base de données qui recense toutes les annonces publiques faites par les entreprises sur des nouveaux projets d’implantation ou des projets d’expansion partout dans le monde, dans les domaines de l’industrie de fabrication, des services et de la R&D, depuis 2003. En plus de l’analyse spécifique des clients tels que les entreprises et les agences de développement économique, le groupe produit chaque année un rapport qui passe en revue les tendances d’investissement pour l’année passée. Pour ce faire, il analyse la base de données Global Investment Locations Database (GILD). Pour le rapport de 2005, l’analyse a été menée entre mai et juillet 2006, sur les chiffres de janvier à décembre 2005. GILD est la principale base de données qui suit les mouvements d’investissements structurels (et non financiers). GILD est utilisé par les dirigeants d’entreprises pour suivre de près les régions qui sont choisies par leurs homologues pour leurs investissements et pour déterminer la meilleure implantation possible.
Les agences de développement économique utilisent GILD pour certifier et mettre à jour leurs outils de market intelligence et ainsi soutenir leurs stratégies marketing en vue d’attirer les investissements étrangers.


A propos d’IBM

Pour plus d’informations sur IBM, veuillez visiter le site http://www.ibm.com/bcs/pli ou www.ibm.com

Source : IBM

Dictionnaire & Définitions   3 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Costkiller.net - portail réduction des coûts 2012 - 2013 - Coskiller.net - all rights reserved

Costkiller.net   B2B cost saving and costs cutting portal costkiller copyright