reduction des couts,voyage,low cost,cheap airfare,cheap flight,transport,energie,telecom,IT reduction,cout,anti,gaspi,cost killer,operatoire,hors production,e.procurement,grappiller,faire des economies,chasse,maitrise,budgetaire,budget,reduction,prix,tarifs,energie,optimisation,maintenance,TCO,Total cost of ownership,Return of investment,ROI,contrat cadre,achat,sauvage,cost cutting,saving,savy,expense,achats,affaires,bonne,promotions,promos
Costkiller centre de coûts
Costkiller services généraux
costkiller - Direction Financière
Charges Sociales Patronales
IMéthodes Analyse Coût
Trésorerie - Recouvrement
Délocalisation Mondialisation
costkiller - DRH
Ressources humaines
Grille Salaire
Salaire métier
Salaire secteur
Salaire profession
Conventions Collectives
Relation client - CRM
ERP
BPM
e-procurement
e-Sourcing
Externalisation
Production
GPAO
GMAO
Management
Supply Chain - Logistique
Gestion de Stock
Dématérialisation

La sécurité européenne d’approvisionnement énergétique se détériore malgré l’augmentation des investissements et de nouvelles politiques énergétiques

Selon le dernier Observatoire Européen des Marchés de l’Energie publié par Capgemini 1, l'équilibre entre l'offre et la demande d'électricité s'est détérioré et la marge de capacité de production a diminué, passant de 5,8 % en 20042 à 4,8 % en 2005 – son plus bas niveau historique

La dégradation de la marge de capacité de production a pour origine la croissance de la consommation qui n’a pas été compensée par la mise en service d’un nombre suffisant de centrales, ainsi que les conditions climatiques peu habituelles telles la vague de froid de novembre - décembre 2005, ou la canicule de l’été 2005 sur une partie de l’Europe qui ont généré un très fort pic de demande. Le faible niveau des marges est un signal fort pour le marché - opérateurs, autorités de régulation, instance politiques. Il met à nouveau en
exergue les problèmes de sécurité d’approvisionnement, et ce malgré les mesures prises pour tenter d’améliorer cette dernière, comme par exemple l’augmentation des investissements dans les centrales et les infrastructures de transport.

Parmi les pays européens où la situation est la plus préoccupante, l’étude de Capgemini fait apparaître l’Espagne, où la marge réelle de capacité de production a baissé à 4% et ce, malgré une augmentation de 8% (5500 MW) de la capacité de production du pays. En revanche, quelques pays européens comme le Royaume-Uni ou l’Irlande ont amélioré leur marges, par la mise en exploitation de nombreuses capacités de production (13% de croissance des moyens de production au Royaume-Uni, générant une amélioration de 1% de la marge; 36% pour l’Irlande, générant une croissance de 21% de sa marge).

Colette Lewiner, Directeur International du secteur Energie, « Utilities » et Chimie chez Capgemini fait remarquer que « depuis 2002, notre Observatoire Européen des Marchés de l’Energie a mis en exergue les problèmes de sécurité d’approvisionnement et l’année dernière, nous estimions à 700 milliard d’euros les investissements nécessaires d’ici 2030, dans les moyens de production d’électricité. Malgré une amélioration de la rentabilité des projets, due à l’augmentation des prix du gaz et de l’électricité en 2005 et début 2006, les investissements en matière de moyens de productions n’ont pas progressé assez vite. Ainsi, les prix spot de l’électricité sur le marché de gros ont fait un bon de 70% entre 2004 et 2005, atteignant 270 euros /MWh. Cette augmentation spectaculaire a pour origine la flambée des prix du brut (en augmentation de 53% en 2005 par rapport à 2004) et du gaz naturel (en augmentation de 38%), mais aussi l’augmentation des prix des certificats de CO2, et bien évidement l’équilibre fragile entre offre et demande. »

Malgré la mise en oeuvre du schéma européen d’échange de certificats d’émission de gaz à effet de serre, l’Union Européenne ne sera probablement pas en mesure de respecter ses obligations vis à vis du protocole de Kyoto. Les 15 pays de l’Union Européenne on produit en 2005 un excédent de 300 millions de tonnes de CO2 par rapport aux objectifs fixés par le protocole de Kyoto et cela, bien que la plupart des pays aient respecté les (trop) généreux Plans d’Allocation Nationaux. Les autorités de régulation des marchés ont aussi pris des mesures pour améliorer la sécurité d’approvisionnement, mais les avancées sont lentes. Selon Colette Lewiner« le livre vert de l’Union Européenne publié en Mars 2006 stipule que les économies d’énergie doivent progresser, et pourraient permettre de réduire la demande énergétique de 20% en 2020. Ceci aurait bien-sûr un impact très positif sur la sécurité d’approvisionnement et la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Ces objectifs ambitieux doivent cependant se traduire par des mesures concrètes dans chaque pays. »

Les autres points clés de l’étude Capgemini portent sur :

• Un mécontentement grandissant des consommateurs – essentiellement lié à la progression importante des prix de détail – se traduisant par une mobilité accrue des clients dans les pays totalement libéralisés.
• Une nouvelle phase de consolidation du marché engagée fin 2005 à travers l’Europe, stigmatisée par l’offre d’achat faite par E.ON sur Endesa en Espagne, mais aussi le projet de fusion Gaz de France– Suez faisant suite aux annonces faites par Enel début 2006.
• Des tensions toujours importantes sur le marché du gaz, avec une liquidité du marché de gros trop faible et un accroissement des capacités de stockage insuffisant ne permettant pas de contrebalancer la menace sur la sécurité d’approvisionnement en gaz de l’Europe liée à sa forte dépendance vis à vis de la Russie (comme l’a démontré la crise Ukrainienne en début d’année).


Selon Colette Lewiner, « nous allons probablement assister dans l’avenir à une confrontation intéressante de différentes visions, avec d’une part le souhait de l’Union Européenne de créer un marché totalement dérégulé et fluide poussant à l’ « unbundling » de la chaîne de valeur (séparation des activités régulées - Transport et Distribution - des activités non régulées – Production, Commercialisation) et à freiner la dominance des grand opérateurs historiques ; d’autre part les idées oligopolistiques de ces mêmes grands opérateurs et leur volonté de dépenser leur trésors de guerre dans des acquisitions européennes ; sans oublier les nouveaux acteurs du marché, riches et ambitieux comme Gazprom qui souhaitent pénétrer les marchés de détail européens ».

1 L’Observatoire Européen des Marchés de l’Energie est une publication annuelle de Capgemini qui a pour vocation de suivre les principaux indicateurs des marchés de l’électricité et du gaz, de surveiller l’équilibre entre l’offre et la demande et de mesurer les progrès dans l’établissement d’un marché ouvert et concurrentiel dans les 25 pays de l’Union Européenne. Cette 8ème édition, bâtie à partir de données publiques combinée à l’expertise de Capgemini sur le secteur
é nergétique, fait référence aux données de l’année 2005 et de l’hiver 2005-2006.

2 Zone UCTE uniquement

Source : Capgemini - Paris, 12 Octobre 2006

 

Dictionnaire & Définitions   3 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Costkiller.net - portail réduction des coûts 2012 - 2013 - Coskiller.net - all rights reserved

Costkiller.net   B2B cost saving and costs cutting portal costkiller copyright