reduction des couts,voyage,low cost,cheap airfare,cheap flight,transport,energie,telecom,IT reduction,cout,anti,gaspi,cost killer,operatoire,hors production,e.procurement,grappiller,faire des economies,chasse,maitrise,budgetaire,budget,reduction,prix,tarifs,energie,optimisation,maintenance,TCO,Total cost of ownership,Return of investment,ROI,contrat cadre,achat,sauvage,cost cutting,saving,savy,expense,achats,affaires,bonne,promotions,promos
Costkiller centre de coûts
Costkiller services généraux
costkiller - Direction Financière
Charges Sociales Patronales
IMéthodes Analyse Coût
Trésorerie - Recouvrement
Délocalisation Mondialisation
costkiller - DRH
Ressources humaines
Grille Salaire
Salaire métier
Salaire secteur
Salaire profession
Conventions Collectives
Relation client - CRM
ERP
BPM
e-procurement
e-Sourcing
Externalisation
Production
GPAO
GMAO
Management
Supply Chain - Logistique
Gestion de Stock
Dématérialisation

35 heures : l'étude qui dérange...

Une étude Internationale menée sur 4 années révèle après 3 ans de croissance ininterrompue une STAGNATION de la productivité main d’œuvre des entreprises française.

10.09.04 - Proudfoot Consulting, 13ième cabinet mondial en matière de conseil en management opérationnel et conduite du changement ( classement Consulting News ) annonce la sortie de sa 4ième étude Internationale sur la productivité individuelle des salariés. Cette étude menée sur neuf pays à économie de marché (Australie, France, Allemagne, Afrique du Sud, Espagne, Grande-Bretagne, Etats-Unis, Hongrie et Autriche) est le résultat de 1668 projets menés au sein d’une centaine de moyennes et grandes entreprises, soit plus 10 368 heures d’observations « terrain ». Elle fournit des clés de compréhension sur la manière dont les entreprises affectent et organisent leur capital productif. Cette approche est au cœur des audits menés depuis plus de 55 ans par Proudfoot Consulting pour le compte de ses clients.

L’étude quantitative confirme pour la première année, une stagnation de la productivité main d’œuvre des entreprises françaises. Tous les autres pays étudiés enregistrent une progression de leur productivité (à l’exception de l’Autriche dont la productivité stagne également). Ce temps improductif représente 90 jours de travail perdus par an et par personne soit 87 milliards d’Euros en données retraitées, du simple fait de la non mise en place au sein des entreprises de procédures de bon sens.

Une enquête d’opinon de l’Institut Gallup auprès de 925 dirigeants

Pour compléter et valoriser l’étude quantitative menée sur le terrain, Proudfoot Consulting a souhaité interroger un panel de dirigeants sur leur perception de la productivité actuelle et prévue de leurs entreprises, mais également sur les freins qui peuvent limiter la croissance de cette productivité. Cette enquête a été conduite par l’Institut International d’enquêtes d’opinion Gallup, et a représenté 925 entretiens avec de dirigeants de huit ensembles géographiques (Afrique du Sud, Allemagne, Australie, Autriche, Etats-Unis, Pays de l’Est, France, Grande-Bretagne). Les résultats de ce sondage d’opinion peuvent être ainsi comparés aux « données terrain » et montrer les différences existantes entre la situation réelle et les avis des dirigeants.

Croissance globale de la productivité des entreprises, mauvais score de la France

Le contenu de l’étude 2004 apporte des clés de compréhension aux phénomènes macro et micro-économiques qui ont touché les économies développées au cours des 12 derniers mois.

Dans les pays étudiés, les niveaux de productivité atteignent en moyenne 62% de la capacité optimale. Même s’ils se sont améliorés de 1% par rapport à 2003 et indiquent la poursuite d’une tendance positive, ces résultats représentent encore 85 jours de travail perdus par personne par entreprise et par an.

Cinq des sept pays étudiés enregistrent une croissance de leur productivité, quoique plus faible que les autres années. La France fait exception, puisqu’on n’y constate aucune amélioration, malgré une croissance soutenue ces dernières années. Il semble, que l’effet « dopant » des 35 heures ait atteint ses limites et que la croissance de la productivité marque le pas dans l’hexagone. L’Afrique du Sud avec deux points de croissance enregistre une contre-performance par rapport à sa hausse de 13% l’année dernière, même si la croissance de sa productivité fut auparavant excellente.

L’Allemagne et les Etats-Unis enregistrent les meilleurs résultats avec 64% de la capacité optimale atteinte. Australie et Angleterre talonnent de près nos deux leaders avec un point de différence. La Grande-Bretagne a particulièrement brillé cette année en améliorant sa productivité de trois points. C’est la meilleure augmentation tous pays étudiés confondus et la plus forte croissance sur la durée que couvre l’ensemble des études menées par notre cabinet.

Les problèmes de communication pèsent davantage sur la productivité des entreprises

Comme chaque année, l’étude Proudfoot Consulting permet également d’isoler les différents freins pesant sur les niveaux de productivité observés au sein des entreprises étudiées. Ces facteurs sont :

• communication inefficace
• main d'oeuvre sous qualifiée
• manque de motivation
• planification et contrôle insuffisants
• problèmes liés à l’informatique
• supervision inappropriée

Les failles du management («planification et contrôle insuffisants» et «supervision inappropriée») arrivent en tête et représentent 74% du temps improductif d’une entreprise. Ces résultats indiquent une dégradation constante des performances du management en regard aux années précédentes. Cette année, «le manque de motivation», «les problèmes liés à l’informatique» et «la main d'oeuvre sous qualifiée » ont tous diminué. À l’inverse, on observe une augmentation de 50% du facteur «communication inefficace »


En France, cette année, les trois facteurs qui connaissent une aggravation sont dans l’ordre d’importance :
- main d’œuvre sous qualifiée (passe de 6 à 10%)
- supervision inappropriée (23 à 25%)
- communication inefficace (6 à 7%)

Au contraire, le poids des freins suivants s’amenuise :
- manque de motivation (passe de 16 à 13%)
- planification et contrôle insuffisants (42 à 40%)
- problèmes liés à l’informatique (7 à 5%)

Le secteur des télécommunications, toujours « champion » des gains de productivité

Pour la deuxième année l’étude fait ressortir les secteurs économiques les plus et moins performants. Entrent dans la première catégorie les télécommunications, l’automobile et l’ingénierie. Dans la seconde catégorie, on trouve l’agro-alimentaire, les services bancaires et financiers. L’écart de productivité main d’œuvre atteint 17% entre les secteurs des télécommunications et de l’agro-alimentaire, respectivement premier et dernier du classement.

Enquête : la « myopie du dirigeant » mise en valeur par l’enquête d’opinion GALLUP

Cette partie de l’étude repose sur l’analyse et la synthèse de données recueillies lors de 925 entretiens téléphoniques réalisés à la demande de Proudfoot Consulting par l’Institut d’études Gallup entre juillet et août 2004. L’échantillon était constitué de dirigeants d’entreprises de tailles moyennes à importantes dans six branches d’activités et présentes dans neuf pays. Ceux-ci ont été invités entre autre à estimer la productivité de leur entreprise au cours des douze derniers mois, mais à indiquer également leurs prévisions pour le prochain exercice. D’une façon plus détaillée, il leur a été demandé de classer par ordre d’importance les 6 freins étudiés dans notre étude quantitative.

Pratiquement 3/4 des dirigeants interrogés (71%) font état d’une amélioration de la productivité main d’œuvre dans leur entreprise au cours de l’année 2003, tandis que 20% d’entre eux estiment qu’elle n’a pas progressée. 48% des dirigeants américains et 38% des dirigeants britanniques rapportent des progressions à deux chiffres. S’agissant des prévisions de productivité pour 2005, une même proportion de dirigeant (73%) table sur une croissance de la productivité en 2005. Les dirigeants Australiens sont les plus optimistes (83%), tandis que les dirigeants français sont parmi les plus prudents à l’affirmer (62%). A peine 21% des personnes interrogées pensent que la productivité marquera une pause en 2005.

Sur l’évaluation par les dirigeants des freins rencontrés par leur entreprise sur le chemin de la productivité, on ne peut que constater le contraste évident entre les relevés effectués sur le terrain et leurs perceptions de managers. Ainsi, nous avons communiqué aux chefs d’entreprise interrogés la liste des six freins dont nous savons qu’ils affectent la productivité, et nous leur avons demandé de choisir les trois qui avaient le plus d’impact sur la productivité de leurs entreprises. Pour 53% d’entre eux, une mauvaise planification et un contrôle insuffisant et inadapté constituaient deux des trois facteurs contribuant à la sous performance, suivi par la « communication inefficace ». 45% des dirigeants allemands mettent en avant la « communication inefficace », en rupture avec leurs voisins européens. Les dirigeants d’Europe de l’Est et de Grande-Bretagne sont les plus durs à convaincre de l’intérêt d’améliorer ses méthodes de management pour développer sa productivité, quand les dirigeants Australiens et Allemands y souscrivent en majorité. Les facteurs « manque de motivation » et « main d’œuvre sous qualifiée » sont davantage marqués en Autriche et Afrique du Sud. Quant aux dirigeants britanniques, ils semblent moins concernés que leurs voisins par les problèmes de manque de qualification.

Au regard des résultats de l’étude, Jean Baron-Mazloumian, Président de Proudfoot Consulting France indique : « A défaut d’être une évidence, l’efficacité de la main d’œuvre a une influence primordiale sur les performances financières et la valeur des entreprises. La Banque Centrale Européenne dans une étude récente constate que la productivité main d’œuvre « représente le facteur le plus susceptible d’avoir une influence sur les améliorations au long terme de la rentabilité des entreprises et du niveau de vie d’un pays».

Olivier Lecerf, Vice Président Business Developement pour Proudfoot Consulting ajoute : « Si l’on se réfère aux événements récents survenus dans des entreprises de dimension internationales installées en Allemagne et en France, l’expérience des 35 heures semble toucher à sa fin. Les syndicats des entreprises de ces deux pays sont face à un choix difficile : accepter de revenir sur la durée du temps de travail, en conservant le même salaire, ou risquer de voir leur entreprise délocaliser dans un pays d’Europe de l’Est plus conciliant en matière de temps de travail. Si ce mouvement se confirme, nous devrions voir le fossé entre les Etats-Unis et l’Europe se réduire considérablement. »

David Whitmore, Président, Europe : « Quel que soit l’avenir de la politique de gestion du temps de travail, les défis auxquels sont confrontés quotidiennement les dirigeants dans la conduite de leurs opérations restent plus que jamais d’actualité. Un management inadéquat et une mauvaise affectation des ressources en hommes et en machine pèsent toujours autant dans la balance du temps improductif. En moyenne les entreprises étudiées ne parviennent à atteindre que 62% du temps disponible, ce qui les situe encore nettement en deçà de ce que nous considérons comme le niveau de productivité optimal : 85% du temps disponible. Le potentiel inexploité reste donc énorme. En moyenne, sur 225 jours de travail, les entreprises continuent d’en perdre 85 par salarié et par an. »

L’étude complète sera téléchargeable à partir du 6 septembre sur le site www.proudfootconsulting.com

Source : Proudfoot Consulting

Dictionnaire & Définitions   3 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Costkiller.net - portail réduction des coûts 2012 - 2013 - Coskiller.net - all rights reserved

Costkiller.net   B2B cost saving and costs cutting portal costkiller copyright