reduction des couts,voyage,low cost,cheap airfare,cheap flight,transport,energie,telecom,IT reduction,cout,anti,gaspi,cost killer,operatoire,hors production,e.procurement,grappiller,faire des economies,chasse,maitrise,budgetaire,budget,reduction,prix,tarifs,energie,optimisation,maintenance,TCO,Total cost of ownership,Return of investment,ROI,contrat cadre,achat,sauvage,cost cutting,saving,savy,expense,achats,affaires,bonne,promotions,promos
Costkiller centre de coûts
Costkiller services généraux
costkiller - Direction Financière
Grilles de Salaires
Charges Sociales Patronales
Audit
IMéthodes Analyse Coût
Trésorerie - Recouvrement
Délocalisation Mondialisation
costkiller - DRH
Ressources humaines
Licenciement - Plan social
Grille Salaire
Salaire métier
Salaire secteur
Salaire profession
Portage salarial
Conventions Collectives
Relation client - CRM
ERP
BPM
e-procurement
e-Sourcing
Externalisation
Production
GPAO
GMAO
Management
Supply Chain - Logistique
Gestion de Stock
Dématérialisation

PABX IP, des atouts indéniables mais à quel prix !

Sans aucun doute, la voix sur IP est porteuse d'économie. Elle promet notamment d'affranchir l'utilisateur de l'engrenage dépensier des PABX traditionnels.Il est vrai que les coûts de location, de maintenance et de mises à jour logicielles imposés par les téléphonistes et leur armada d'installateurs s'avèrent outranciers. De même, l'accès aux bienfaits du CTI (couplage téléphonie-informatique) impose une batterie d'auxiliaires propriétaires coûteux comme l'ACD (Automatic Call Distributor) ou le serveur de messagerie vocale. Conséquence, l'ardoise annuelle peut s'élever à plusieurs millions de francs pour certains grands comptes.

Avant le recours à IP, le consommateur n'avait guère d'autre issue pour réduire sa facture que de migrer d'un environnement propriétaire vers une solution tout aussi verrouillée, mais moins coûteuse. Le caractère ouvert d'IP préserve, à priori, l'utilisateur d'une nouvelle dîme «propriétaire». Le choix de Windows 2000 ou NT comme systèmes d'exploitation de référence pour héberger des applications de CTI tierce partie s'avance aussi comme un gage d'interopérabilité. Outre l'argumentation économique, les apprentis téléphonistes arguent des facilités d'administration inhérentes aux architectures téléphoniques fondées sur IP, telle que la fonction DHCP (Dynamic Host Configuration Protocol). Celle-ci autorise une identification automatique du combiné dès sa connexion au réseau Ethernet/IP, ce qui atténue la charge d'administration. En fait, la supervision des PABX IP se fond dans la fonction d'exploitation du réseau local. En outre, l'unicité multimédia du transport IP élimine de fait le câblage dédié à la téléphonie. Ce qui renforce l'intérêt économique évoqué précédemment.

Le revers de la médaille IP

Cela dit, comme toute nouvelle technologie, les solutions de voix sur IP viennent avec leur lot de défauts. Les utilisateurs de kit de téléphonie IP Lan témoignent tout d'abord de coupures et d'une qualité sonore inégale. Pour les constructeurs, ces tares sont à mettre principalement sur le compte des lourdeurs de l'architecture protocolaire H.323 d'origine UIT. Celle-ci pénalise le délai d'établissement d'une connexion par un enchevêtrement complexe de fonctions de signalisation et de contrôle. En outre, cette pile protocolaire est mise à mal par les multiples extensions propriétaires ajoutées par les vendeurs pour démarquer leurs équipements. Ainsi, la signalisation propriétaire volontairement conserver sur les postes téléphoniques IP coupe court à tout espoir d'interopérabilité entre matériels tiers.

Dans leur élan marketing, les vendeurs Internet restent discrets sur la faible densité de ports de leur PABX, ainsi que sur le nombre restreint de fonctions supportées comparativement aux autocommutateurs traditionnels.Enfin, les promesses des réformateurs de la téléphonie masquent des coûts cachés qui sont loin d'être négligeables. L'intégration de la voix sur le réseau local impose tout d'abord une mise à niveau de la bande passante ainsi que des capacités de commutation et de routage. De même, la transition vers une solution de voix sur IP se paie comptant. Il faut compter pas moins de 3 000 euros pour l'intégration d'une simple carte d'extension IP à un autocommutateur traditionnel d'entrée de gamme. La migration intégrale vers un PABX IP revient, selon la topologie des sites et le parc de postes téléphoniques, entre 15 000 euros et plusieurs millions de francs. A titre de repère, un téléphone Ethernet/IP coûte en moyenne entre 400 et 800 euros hors taxe. Ce coût prohibitif s'explique par une production de poste haut de gamme alignée sur le design et les fonctions des téléphones numériques, à laquelle s'ajoute une électronique embarquée plus complexe qu'un trivial adaptateur Ethernet.

La VoIP ? Oui, mais graduellement

Selon une étude américaine sur la VoIP, effectuée par le cabinet Sage auprès de 219 responsables de l'informatique, 70 % des interrogés ne prévoyaient pas de s'y mettre dans les douze mois à venir. La raison de ce freinage est en grande majorité due à la sensation d'avoir affaire à du matériel encore immature (63 % des interviewés). Sensation accentuée par la grande disparité en terme de matériel VoIP proposé notamment au niveau des PABX IP et de leurs systèmes propriétaires. Ainsi, les responsables iront pas à pas vers la voix sur IP avec, par exemple, des PABX mixte incluant téléphonie traditionnelle et technologie IP.

 

 

Dictionnaire & Définitions   3 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Costkiller.net - portail réduction des coûts 2012 - 2013 - Coskiller.net - all rights reserved

Costkiller.net   B2B cost saving and costs cutting portal costkiller copyright