reduction des couts,voyage,low cost,cheap airfare,cheap flight,transport,energie,telecom,IT reduction,cout,anti,gaspi,cost killer,operatoire,hors production,e.procurement,grappiller,faire des economies,chasse,maitrise,budgetaire,budget,reduction,prix,tarifs,energie,optimisation,maintenance,TCO,Total cost of ownership,Return of investment,ROI,contrat cadre,achat,sauvage,cost cutting,saving,savy,expense,achats,affaires,bonne,promotions,promos
Costkiller centre de coûts
Costkiller services généraux
costkiller - Direction Financière
Grilles de Salaires
Charges Sociales Patronales
Audit
IMéthodes Analyse Coût
Trésorerie - Recouvrement
Délocalisation Mondialisation
costkiller - DRH
Ressources humaines
Licenciement - Plan social
Grille Salaire
Salaire métier
Salaire secteur
Salaire profession
Portage salarial
Conventions Collectives
Relation client - CRM
ERP
BPM
e-procurement
e-Sourcing
Externalisation
Production
GPAO
GMAO
Management
Supply Chain - Logistique
Gestion de Stock
Dématérialisation

Evolution de l’architecture Open Source

Les critères de développement de l’architecture Open Source Depuis le milieu des années 90 et jusqu’aux événements de 2001, les entreprises ont investi de manière extravagante dans l’informatique. Depuis, les DSI cherchent à optimiser les énormes quantités de ressources dont ils disposent et surtout à mieux maîtriser les coûts associés. En 2002, Red Hat lançait Red Hat Enterprise Linux. Combiné aux architectures AMD et Intel hautes performances, et soutenu par un large ecosystème de partenaires, dont Oracle, ce nouveau système d’exploitation génère bien plus de valeur que tous les systèmes propriétaires traditionnels.

Les premiers adeptes de ce système furent des organismes non réglementés avec de grosses contraintes financières et de faibles marges, comme Wall Street, les opérateurs de télécommunications et l’industrie du divertissement. Red Hat a depuis pénétré des secteurs réglementés, comme l’administration publique, les banques et les établissements scolaires. Partout dans le monde, les gouvernements se décident progressivement à adopter les technologies Open Source pour standardiser leurs installations informatiques, gagner en performance, éviter d’être verrouillée dans un système et élargir leur champ d’action. Les clients ne s’intéressent plus seulement à Red Hat pour leurs serveurs de messagerie, Web et de proxy, mais également pour leurs systèmes stratégiques plus complexes, basés sur des technologies comme Cobol et VMS. En effet, en plus d’imposer une norme de référence, Linux est le gage d’une augmentation prodigieuse des performances et de la fiabilité, avec une forte valeur ajoutée pour un coût réduit.

Le second critère de développement est celui de la chaîne logistique numérique. A l’approche traditionnelle de type " waterfall " du développement de logiciels, Red Hat oppose un processus collaboratif qui permet aux entreprises d’obtenir des logiciels de bien meilleure qualité et donc de réaliser des économies. Dans le contexte actuel, une seule seconde d’interruption des activités peut coûter extrêmement cher à n’importe quelle entreprise commerciale. Par sa transparence et le test permanent des solutions par chaque contributeur de la communauté de développement, le modèle Open Source soutient l’innovation et permet d’obtenir des résultats de bien meilleure qualité, lesquels se traduisent par une réduction des temps d’arrêt pour les entreprises. Le client en est le bénéficiaire direct.

De surcroît, l’approche démocratique de l’Open Source, la grande compatibilité matérielle et le système d’abonnement mis en place par Red Hat limitent la dépendance à un ou plusieurs fournisseurs. Les clients payent pour de la valeur ajoutée. Red Hat a choisi de substituer au coût, critère d’évaluation des investissements informatiques, celui de la valeur, vu comme dénominateur commun. La grande majorité des migrations vers Linux se font depuis Unix, un marché de 19 milliards de dollars en 2004 qui devrait rester stable jusqu’à 2008 (IDC).

Actuellement, Linux poursuit sa pénétration des marchés haut de gamme et milieu de gamme. De surcroît, Red Hat élargit ses applications au poste de travail pour répondre aux besoins des entreprises, notamment en termes de sécurité et de simplicité d’administration. La valeur ajoutée réside dans la parfaite organisation mondiale de services et de support ainsi que dans le réseau de partenaires, synonyme de liberté de choix pour les clients. Le développement Open Source Red Hat et ses partenaires ont mis en route plusieurs centaines de projets Open Source. Red Hat ne retient que les meilleurs projets et les met à disposition au travers de la fondation Fedora. Le projet Fedora est littéralement le banc d’essai de Red Hat Enterprise Linux par la communauté Open Source, ainsi que la plate-forme d’intégration des meilleures technologies développées. Red Hat sponsorise également d’autres projets Open Source par le biais de la Fondation Fedora , comme Directory Server. Red Hat transforme ensuite les projets de Fedora Foundation en solutions simples à administrer et à utiliser, à l’attention de ses clients et partenaires. Les prochaines innovations de Red Hat Enterprise peuvent être anticipées en s’intéressant à Fedora et aux projets sponsorisés par la Fondation Fedora.

Méthodologie de développement de l’architecture Open Source Il y a plus de 3 ans, Red Hat donnait le coup d’envoi de sa stratégie de développement d’une architecture Open Source pour l’entreprise. Red Hat explicitait sa volonté de bâtir une plate-forme centrale assortie d’un réseau de partenaires, ainsi que d’une infrastructure de maintenance et de services pour la soutenir. Depuis, Red Hat a tenu chacune de ses promesses : · Une plate-forme fiable et hautes performances, à forte valeur ajoutée, avec de grandes améliorations en termes de sécurité et d’évolutivité · Un réseau d’éditeurs de logiciels indépendants avec plus de 1 800 applications certifiées sur Red Hat Enterprise Linux · Plus de 250 systèmes matériels certifiés compatibles avec Red Hat Enterprise Linux · L’ajout de composants d’infrastructure devenus incontournables (serveur d’annuaires, technologies de clustering et de stockage) · L’engagement total en faveur de l’innovation Open Source par le rachat et « l'ouverture » de technologies propriétaires et le support de Fedora

En quelques années seulement, Red Hat a légitimé le recours à l’Open Source dans toute l’entreprise. L’architecture Open Source est désormais tout à fait adaptée aux besoins actuels et futurs du marché, et satisfait pleinement les clients par la réduction des coûts de leur infrastructure technologique. D’après Gartner, alors que les budgets informatiques ont augmenté en moyenne de 8 à 10 % par an au cours de la dernière décennie, cette croissance est retombée à 2,5 % seulement cette année.

Si le ralentissement des investissements informatiques est évident, Linux et l’Open Source sont en plein essor, avec une croissance supérieure à la moyenne de l’industrie. Ceci s’explique par le fait que Red Hat diminue les coûts d’infrastructure et gagne des parts du marché des technologies d’infrastructure qui ne parvient pas à faire rimer meilleurs prix et valeur ajoutée suffisante. En voici quelques preuves : · Plus d’1 million d’abonnés à Red Hat Enterprise Linux · Linux est de loin le système d’exploitation à la croissance la plus rapide au monde · Les gouvernements du monde entier adoptent les technologies Open Source · Généralisation des déploiements sur les secteurs verticaux : finances, administration, animation, médias · Adoption massive des modèles Open Source par les éditeurs traditionnellement propriétaires

Red Hat définit l’informatique d’entreprise en termes de valeur ajoutée à long terme Red Hat a forgé sa réputation en plaçant la valeur ajoutée pour le client au cœur de ses priorités, en tenant toujours ses promesses et en se faisant l’avocat de la liberté de choix contre les coûteux verrouillages propriétaires. En s’efforçant d’améliorer systématiquement les principaux aspects de sa plate-forme, et notamment la performance, l’évolutivité et la sécurité, Red Hat convainc ses clients de la valeur que peut leur apporter l’Open Source avec un modèle d’abonnement. Ainsi, les clients ont accès immédiatement aux dernières innovations qui les aident à réduire leurs coûts d’infrastructure

La seconde phase de développement de l’architecture consiste à définir les technologies qui permettront à Red Hat Enterprise Linux de maintenir sa position de leader du marché des solutions Open Source vendues dans le commerce et de continuer à réduire les coûts informatiques. Initialement associé à des équipements bas de gamme, Linux bénéficiera de l’image favorable de cette plate-forme, à forte valeur ajoutée.

La feuille de route technique de Red Hat s’appuiera sur les architectures de référence des clients en quête d’infrastructures performantes et agiles, à bien meilleur marché. Voici les quatre axes de la stratégie Open Source Architecture de Red Hat : · La virtualisation · La sécurité · Stateless Linux (Linux totalement indépendant du client) · Le soutien des développeurs

Red Hat envisage également de rendre le système d’exploitation plus évolutif. La virtualisation permettra aux clients d’intégrer leurs solutions et de les élargir bien plus qu’avant. La sécurité et la gestion resteront deux domaines de développement privilégiés. Les clients pourront travailler en mode de client léger et totalement indépendant du client (stateless). Red Hat s’appuiera sur le même modèle qui a servi au développement du système d’exploitation pour optimiser les autres parties stratégiques de l’infrastructure d’entreprise.

source : Red Hat

Dictionnaire & Définitions   3 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Costkiller.net - portail réduction des coûts 2012 - 2013 - Coskiller.net - all rights reserved

Costkiller.net   B2B cost saving and costs cutting portal costkiller copyright